Les bonnes raisons d’investir


Les huit bonnes raisons d’investir au Cameroun

Notre pays dispose de très nombreux autres atouts

  • Le Cameroun se distingue par sa position stratégique, au carrefour de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale et à l’intersection des zones Cedeao et CEMAC.
  • Ses ressources naturelles sont abondantes, la diversité de ses sols et milieux naturels est propice à l’agriculture et le potentiel touristique n’est pas encore exploité.
  • Sa façade atlantique, son réseau ferroviaire, ses 3 aéroports internationaux et ses 50 000 km de routes favorisent l’intégration du Cameroun au commerce régional et mondial.
  • Le pays bénéficie d’une connexion à fibre optique en raccordement direct au backbone.
  • Il a déjà développé un tissu industriel riche et diversifié de PME/PMI pour la sous-traitance et la co-traitance.
  • La main d’œuvre camerounaise est jeune et qualifiée grâce à l’un des meilleurs taux de scolarisation d’Afrique subsaharienne.
  • Le Cameroun offre une stabilité politique exceptionnelle pour la région.
  • Les autorités camerounaises sont déterminées à mettre l’investissement et l’économie de marché au cœur de son système économique.

nos-project

 

Vision 2035

Cette vision 2035 est le fruit d’un travail collectif, interministériel et fut enrichi par la collaboration de nombreux experts du secteur privé et d’institutions internationales.

En 2035, notre pays aura éradiqué la pauvreté, avec moins de 10% des Camerounais vivant sous le seuil de pauvreté, grâce à la mise en place d’une politique audacieuse de redistribution associée à la densification des services publics de santé, d’éducation, de transports.

En 2035, la diversification de notre économie nous aura permis de générer une croissance inclusive et créatrice d’emplois, stabilisée entre 5 et 10% par an afin de devenir un pays à revenus moyens.

En 2035, le Cameroun fera partie des pays industrialisés et aura transféré et intégré le savoir-faire nécessaire pour ne plus importer mais produire en local avec 23% au minimum de production manufacturière.

En 2035, le Cameroun sera un pays émergent, intégré au commerce et à la finance mondiale.

 

Plan d’urgence triennal 2015-2017

La première phase de ce plan d’urgence, d’un montant de 925 milliards FCFA sur 3 ans a été lancée en octobre 2015, au moment de l’émission obligataire sur le marché international de 750 milliards FCFA. Ce plan d’urgence concerne 248 projets, pour lesquels des études de faisabilité sont en cours. Sept secteurs sont concernés :

  • L’aménagement urbain, à travers notamment la réhabilitation des routes secondaires de Douala et Yaoundé, la construction de 800 logements sociaux dans les chefs-lieux de régions, à l’exception de Douala et Yaoundé ;
  • La santé, avec la construction et l’équipement d’hôpitaux de référence dans les 8 chefs-lieux de régions non encore pourvues et la réhabilitation / remise à niveau des plateaux techniques des hôpitaux généraux de Yaoundé et de Douala ainsi que du CHU de Yaoundé ;
  • L’agriculture et l’élevage, avec la création d’agropoles, l’aménagement de 120 000 hectares de périmètre hydro-agricole et la construction de grands marchés de ravitaillement en denrées ;
  • Les transports routiers avec la construction pour chaque région de deux axes routiers majeurs de désenclavement des bassins de production ;
  • Le volet énergie concerne la construction de lignes de transport d’électricité, notamment Edéa-Yaoundé et Edéa-Douala, ainsi que le barrage de Bini à Warak ;
  • Le volet de l’eau prévoit la construction des adductions d’eau dans 30 villes secondaires et le forage de 100 puits par région ;
  • Le dernier volet est celui de la sécurité, avec la construction de postes de gendarmerie et de police à Yaoundé et Douala et de postes de sécurité aux frontières.